Article suivant Article précédent

Les effets de la Lune sur le sommeil

Par Clemence
Dans Biodiversité - Nature
23 Fév 2016
230 vues

pleine lune et sommeilSi vous avez mal dormi la nuit dernière, certains vous diront peut-être « C’est normal, c’était la pleine Lune ! ». Légende urbaine ou fait avéré ? Une étude parue en novembre 2015 dans la revue Sleep Medicine, nous aide à y voir plus clair !

Menée par une équipe internationale de chercheurs, cette étude reprend des données collectées entre janvier 2007 et novembre 2009 auprès de 319 personnes dont 57% d’hommes et conclut que l’on met plus de temps à s’endormir et que le sommeil est moins profond lorsque l’astre nocturne est dans sa phase la plus éclairée par le Soleil.

Bien qu’il s’agisse d’une étude rétrospective, elle n’en est pas moins sérieuse et solide. En effet, les chercheurs ont corrélé les valeurs enregistrées sur le sommeil des 319 individus avec le calendrier lunaire. Il en ressort que les 47 nuits enregistrées en phase de pleine Lune dessinent un profil différent de sommeil. Le taux de sommeil profond et de sommeil paradoxal diminue de manière conséquente alors que celui du temps d’éveil augmente.

Une question se pose alors, quel le mécanisme exact de l’association entre le cycle lunaire et le sommeil ?

phases de la lune

Pour l’heure, il n’y a pas de réponse exacte mais seulement des hypothèses. Ce lien pourrait être du à la modification du champ électromagnétique et de l’attraction gravitationnelle durant les phases de pleine Lune ou bien il s’agirait d’un rythme « circalunaire », un rythme biologique déjà mis en évidence chez certaines espèces marines.

Les chercheurs n’en sont pas à leur coup d’essai en ce qui concerne la recherche de lien entre cycle lunaire et sommeil. Quelques semaines plus tôt, une équipe de l’Université de Göteborg en Suède publiait une étude portant sur 47 volontaires et révélant que une diminution avérée du sommeil en phase de pleine Lune et en particulier chez les hommes.

Tous les médecins ne sont cependant pas convaincus par ces recherches. Ainsi, en juin 2014, deux scientifiques de l’université d’Oxford publiaient quelques résultats non concordants remettant en question la validité des résultats. S’ils ne nient pas que la Lune puisse affecter notre sommeil, ces scientifiques estiment que rien ne pourra être tranché tant que l’on n’aura pas mené des recherches spécifiquement conçues pour le prouver.

Selon Joëlle Adrien, directrice de recherche à l’Inserm et spécialiste du sommeil :

Nous pourrions voir s’il y a une véritable corrélation entre le sommeil et les phases de la Lune en menant une étude longitudinale [sur les mêmes participants sur plusieurs mois] en utilisant des actimètres, bracelets qui mesurent la durée du sommeil, voire l’endormissement.

Source : Sciences et Avenir

Comments are closed.

s